FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion S'enregistrer       AccueilLE BLOG flux RSS
SCHMUL.NET

Forum périlittéraire
avec un parapluie à trous
sur la tête...
SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum
... et qui se prend
aussi pour un blog.
  Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum » Les sites littéraires   
Édition en ligne - Bilan québécois et canadien (1)
Auteur Message
Serge-André Guay
futur grand maître de l'univers


Inscrit le: 07 Jan 2005
Messages: 3

MessagePosté le: Ven Jan 07, 2005 7:39 pm Répondre en citant
LE PREMIER ÉDITEUR LIBRAIRE FRANCOPHONE EN LIGNE
SUR INTERNET AU QUÉBEC ET AU CANADA

(Lévis, Québec, Canada, le 7 Janvier 2005) Établi à Lévis, le seul éditeur libraire en ligne sur Internet au Québec et au Canada Français dresse un bilan plutôt reluisant de ses 18 premiers mois d’activité. La Fondation littéraire Fleur de Lys, maître d’œuvre du projet Manuscrit dépôt, jouit de l’appui de 212 nouveaux auteurs, auteurs et écrivains professionnels. Elle a reçu 144 manuscrits et elle en a édité 82. Elle a accueilli près 135,000 visiteurs sur site Internet. Dans le cadre de son programme «Un don = Un livre», elle a distribué 1618 exemplaires, soit 1561 en format papier et 57 en format numérique (fichiers PDF). Elle a aussi distribué 734 exemplaires numériques de ses livres gratuits. Elle a participé à ses deux premiers salons du livre (Estrie et Rimouski). Enfin, elle a recueilli 40,500$ dans le cadre de sa campagne de financement alors que son objectif était de 25,000$.

Il s’agit-là d’un véritable exploit puisque la fondation, partie de rien en juin 2003, n’a bénéficié d’aucune aide gouvernementale. Un exploit réalisé sans campagne de publicité officielle et avec une couverture de presse limitée. Notre bilan est donc uniquement le fait de l’Internet. Nous nous sommes tout simplement inscrits dans plusieurs moteurs de recherche et annuaires. Puis, les auteurs à la recherche d’un éditeur nous ont trouvés. Il faut dire que nombre d’auteurs en mal d’un éditeur augmente sans cesse puisque les éditeurs traditionnels refusent plus de 90% des manuscrits soumis à leur attention. L’édition en ligne sur Internet est une alternative intéressante et de plus en plus d’auteurs se tournent vers notre fondation. Nous recevons de nouveaux appuis et manuscrits chaque semaine.

La fondation a donc su se positionner parmi les 500 éditeurs libraires en ligne sur Internet en Occident. Non seulement elle est unique au Québec, elle est aussi le premier éditeur libraire francophone au Canada et en Amérique, et le seul sans but lucratif au sein de la francophonie internationale. Plusieurs auteurs choisissent notre fondation parce qu’ils sont rassurés par notre statut d’organisme sans but lucratif compte tenu de l’exploitation courante dans plusieurs milieux de l’édition. Nous privilégions une approche profitable avant tout aux auteurs et notre service d’édition est gratuit. D’ailleurs, ce sont les auteurs eux-mêmes qui ont choisi notre statut lors d’un vote populaire.


Aujourd’hui, des auteurs Français préfèrent la fondation, même si leur pays compte une trentaine d’éditeurs libraires en ligne. L’internet n’ayant pas de frontière, la fondation s’est internationalisée sans effort. Près de 30% de ses auteurs proviennent de différents pays francophones.

Nous sommes très fiers d’être parvenus à autofinancer nos activités. Un seul objectif financier n’a pas été atteint : générer suffisamment de revenus pour créer deux emplois permanents. La fondation repose sur la passion de ses deux bénévoles fondateurs appuyés par les auteurs.

Dans ce contexte et malgré son bilan plus que positif, la fondation demeure l’œuvre de pionniers qui, à l’image des explorateurs d’antan, avancent en plein bois, machette à la main pour ouvrir le sentier, dans l’espoir de rejoindre un jour la grande ville. Les 18 premiers mois furent éprouvants et épuisants. On ne parvient pas à un tel bilan sans investir de nombreuses heures.

Nous espérions une aide gouvernementale mais nos gouvernements n’ont pas cru bon d’acquiescer à nos demandes, et ce, même si nous leur permettions de reprendre un retard considérable sur la scène occidentale en matière d’édition en ligne. En effet, tous les gouvernements des pays occidentaux reconnaissent que les livres et l'édition électronique sont un vecteur de la liberté d'expression, du libre accès à l'information, de l'éducation, de la culture, de la démocratie et des droits de l'homme au sein de la société. Ils jouent en outre un rôle essentiel dans la promotion de la diversité culturelle et linguistique, et de l'expression pluraliste. Par conséquent, ces gouvernements s’impliquent dans le développement de l’édition en ligne, à l’exception du Québec et du Canada. Des pays tels que la France, l’Allemagne, la Hongrie, l’Italie, l’Autriche, la Finlande, les Pays-Bas et la Suède furent parmi les premiers à bénéficier des actions gouvernementales. Le Conseil de l’Europe a financé plusieurs initiatives. La France a tenu une commission d’étude du livre numérique en l’an 2000 pour conclure à la nécessité de son implication. Aux États-Unis, le développement est tout aussi sinon plus important encore avec 300 éditeurs libraires en ligne. Aujourd’hui, même la Russie a encouragé son éditeur libraire en ligne. L’année dernière, le ministère de la culture et des communications du Québec a rejeté notre demande d’aide et le ministère du patrimoine vient d’en faire autant cette année. Nous demandons à ce dernier de revoir sa position.

2005 sera une année décisive pour notre fondation. Elle décidera, suivant la réponse de nos gouvernements, si elle demeure en marge du secteur de l’édition ou si elle en devient un joueur majeur. En termes imagés, nous avons deux choix : poursuivre notre travail de défrichage dans l’espoir de rejoindre la grande ville, ou nous arrêter ici, en plein bois, et établir notre camp. Il revient à nos gouvernements d’en décider puisque l’édition en ligne connaît tout le succès espéré qu’avec leur implication, tout comme dans le cas de l’édition traditionnelle.

- 30 –



Serge-André Guay, président
Fondation littéraire Fleur de Lys - Manuscrit dépôt
44, rue Chabot, Lévis, Québec, Canada. G6V 5M6
Téléphone : (418) 838-0890
Adresse électronique : info@manuscritdepot.com
Site Internet : www.manuscritdepot.com
_________________
Serge-André Guay, président
Fondation littéraire Fleur de Lys
le premier éditeur libraire francophone sans but lucratif en ligne sur Internet
www.manuscritdepot.com
info@manuscritdepot.com
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur Adresse AIM  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Sam Jan 08, 2005 12:10 am Répondre en citant
Merci pour ce témoignage,
Il attise toujours une réflexion. Outre le fait de rendre l'édition facilement accessible pour l'auteur, qu'en est-il de la diffusion/promotion des textes, autrement dit de leur vie ?
Les initiatives en France révèle que l'auteur se retrouve souvent bien seul pour partir à la recherche des lecteurs de son bouquin. Or tout commence là, ce qui précède n'étant que des considérations matérielles. Evidemment vous en êtes conscient :

Serge-André Guay a écrit:
Expert en communication et en marketing depuis plus de 25 ans, associé depuis 20 ans à une partenaire aussi expérimentée, je me crois alors en mesure de combler la principale faiblesse de l'édition en ligne, la promotion.
http://www.manuscritdepot.com/premiere.visite.1.html


Ce qui donne :
Serge-André Guay a écrit:
Elle a reçu 144 manuscrits et elle en a édité 82. Elle a accueilli près 135,000 visiteurs sur site Internet. Dans le cadre de son programme «Un don = Un livre», elle a distribué 1618 exemplaires, soit 1561 en format papier et 57 en format numérique (fichiers PDF). Elle a aussi distribué 734 exemplaires numériques de ses livres gratuits.


C'est un résultat extraordinaire qui donne envie de dire "ça marche". Moi, ce qui m'intéresse, c'est de savoir comment vous organiser la promotion des oeuvres. Les 734 ex. mentionnés font-ils partie de ce qu'on appelle le "service presse" ? Et si tel est le cas, comment est perçue cette méthode, à savoir l'envoi d'un exemplaire numérique en guise de service presse ?

Merci d'avance d'abreuver ma curiosité. Wink
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
  Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum » Les sites littéraires
Informations
Page 1 sur 1    
Montrer les messages depuis:   


Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group :: Thème : Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com ::