FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion S'enregistrer       AccueilLE BLOG flux RSS
SCHMUL.NET

Forum périlittéraire
avec un parapluie à trous
sur la tête...
SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum
... et qui se prend
aussi pour un blog.
  Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum » Littérature électronique   
"D'arbraleph", collectif
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Lun Aoû 21, 2006 3:59 pm Répondre en citant



"D'Arbraleph" est un grand bazar dont le principe organisateur est :"La seule règle est d'en inventer". De fait l'architecture est labyrinthique. Comme tout labyrinthe, l'enjeu, pour le lecteur, est ici d'explorer cet espace mais sans chercher à en comprendre la structure : il paraît qu'il n'y a ni Dédale ni Minautore. Que reste-t-il ? Une atmosphère, des thèmes (miroir, arbre, détournement), beaucoup d'images, un peu de texte, quelques nouvelles (dont "Le claquement froid de l’agenda noir qui se referme": très chouette) et de belles intentions :

a.w. a écrit:
Quant au visiteur, que d’Abraleph préfère au spectateur, il devine derrière ce tapis de sens quelque chose d’organique. Une galerie ou une bibliothèque en vie, un grouillement, un bourdonnement. Il ne prend pas de suite conscience qu’il pénètre une fourmilière d’histoires. C’est après quelques tours sur lui-même qu’il se rend compte qu’il effectue une promenade active dans un environnement miroir et prisme.

http://atelier-aube-erre-nee.over-blog.org/article-1261220.html


Pour ce qui est du "grouillement", oui. Quant au "tapis de sens", l'aiguille aléatoire de mon parcours n'a su tisser qu'un "grouillement" de sens ; du sens certes mais pas de direction, comme un corps sans tête qui ne sait pas où il va. C'est bien mais il me reste au final une impression floue, abstraite et à vrai dire, frustrante. C'est con mais les labyrinthes, on aime surtout en sortir.

ps -> Deux mots sur le collectif : à peu près indéfini, 6 auteurs au moins. On en retrouvera certains (tous ?) sur le forum du site.
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Re: "D'arbraleph", collectif
Auteur Message
W
futur grand maître de l'univers


Inscrit le: 14 Nov 2006
Messages: 4

MessagePosté le: Mar Nov 14, 2006 11:32 am Répondre en citant
Citation:
... les labyrinthes, on aime surtout en sortir.


Nous étudions de près cette proposition.
Le visiteur de d'Arbraleph est condamné, dans l'immédiat, à errer.
Le terrain est assez vaste pour se perdre, cependant il comporte quelques beaux recoins qui ne devraient pas gâcher le plaisir.
Le temps provoquera certainement quelques brèches et il faudra alors reconstruire, redéployer... La question sera au centre.

Par ailleurs, les aléajoueurs cherchent eux même des passages vers d'autres mondes. L'un d'eux, g@rp, par exemple, publie en parallèle ses textes sur d'autres sites, et a été publié par la suite en version papier. Une belle histoire électronique.

Bien à vous,

W

PS : le forum d'Arbraleph est actuellement hors-service, nous avons du le suspendre à cause de nombreuses attaques de spam.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Mar Nov 14, 2006 4:05 pm Répondre en citant
W a écrit:
L'un d'eux, g@rp, par exemple, publie en parallèle

C'est justement en pistant g@rp que j'ai rencontré D'Arbraleph.

Citation:
Le visiteur de d'Arbraleph est condamné, dans l'immédiat, à errer.

J'étais entré avec tout mon attirail habituel : mes boutons de navigation pour fil d'Ariane, mes marques-pages comme autant de petits cailloux blancs. Du coup j'abordais la chose tout prétentieux et plein de suffisance, parce qu'on me le fait pas le coup du labyrinthe, j'en ai vu d'autres hé ! Et puis mince, un labyrinthe en javascript, aaahh ce sont les pires (enfin presque), rien à faire (enfin presque). Il n'y avait plus qu'à errer.




Citation:
PS : le forum d'Arbraleph est actuellement hors-service, nous avons du le suspendre à cause de nombreuses attaques de spam.

Au cas où, cette bestiole pour phpBB marche bien.
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
W
futur grand maître de l'univers


Inscrit le: 14 Nov 2006
Messages: 4

MessagePosté le: Mar Nov 14, 2006 9:00 pm Répondre en citant
Citation:
Citation:
PS : le forum d'Arbraleph est actuellement hors-service, nous avons du le suspendre à cause de nombreuses attaques de spam.

Au cas où, cette bestiole pour phpBB marche bien.


Merci pour l'info, je transmets aux docs qui s'occupent des questions techniques.

Bonnes visites sur d'Arbraleph !
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Mer Nov 15, 2006 11:22 am Répondre en citant
En fait, et en appelant la référence à L'Aleph (J.L.Borges), la tentation serait de tout amener en même point, avec l'écueil dû à cette chimère : "ce que virent mes yeux fut simultané : ce que je transcrirai, successif, car c'est ainsi qu'est le langage". D'où un catalogue indifférencié, non raisonné (car ce serait réducteur). Sans cohésion donc (aléatoire et hétéroclite). Et condamné à ne pas avoir de sens global.

Peut-on dès lors parler d'oeuvre ? L'oeuvre, au sens classique du terme se definissant par sa cohésion. Sinon on tombe dans l'anthologie ou la bilbiothèque.

D'Arbraleph est un dispositif qui met a mal la notion d'oeuvre et l'amène au-delà de notre petite logique humaine. Un lecteur, très volontaire, pourra toujours retrouver dans ce parcours un fil, un sens, mais le sien propre. Celui de D'Arbralpeh n'est pas donné, n'est pas accessible. Il n'y a pas de Dédale, comme il est mentionné plus haut.


(Désolé, j'ai pensé à cela hier soir, je n'ai pas pu m'empêcher de le transcrire)
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
g@rp
compte sur ses doigts


Inscrit le: 17 Déc 2006
Messages: 5
Localisation: Mars, hey !

MessagePosté le: Dim Déc 17, 2006 3:21 pm Répondre en citant
Et c'est très bien pensé !
Mais je manque à tous mes devoirs : bonjour à tous. Chti nouveau je suis, si j'ai bien vu[edit : tiens ? Comment se fait-il que je me retrouve d'un seul coup futur grand maître de l'univers ? C'est sympa, en tout cas], donc mille excuses s'il m'arrive de me vautrer dans les manips.
N'hésitez pas à me remettre à ma place.
Marrant de se savoir pisté après coup. Il me semble avoir déjà croisé Tèf, mais où ? Tnn & Cie ? Possible...
Passons.
Ensuite merci aussi d'avoir évoqué Darbraleph ici : tu es le premier à l'avoir fait.
Il y a effectivement peu de textes sur Darbraleph. Quoique, en cherchant bien, mes nouvelles s'y trouvent. C'est même là qu'elles ont émergé. Avant InLibro Veritas et l'aventure de l'édition à compte d'éditeur qui s'en est suivie.
Mais je ne vais pas répéter ce qu'a raconté mon complice plus haut.
Quant aux 6 de Darbraleph, si vous cherchez bien dans le labyrinthe du site, qui étudie actuellement la possibilité de se dé-ployer, vous devriez les trouver. Plus ou moins fictionnalisés.
Bonne errance ! Cool


Dernière édition par g@rp le Dim Déc 17, 2006 5:16 pm; édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
g@rp
compte sur ses doigts


Inscrit le: 17 Déc 2006
Messages: 5
Localisation: Mars, hey !

MessagePosté le: Dim Déc 17, 2006 5:14 pm Répondre en citant
Vu que j'ai bon fond, vous pouvez lire cette nouvelle sur InLibro Veritas depuis quelques minutes.
Merci qui ? Laughing
_________________
Nous sommes tous labyrinthe, tous parties du labyrinthe.
Tout est labyrinthe.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Lun Déc 18, 2006 11:04 am Répondre en citant
Salut G@rp et bienvenue,
C'est marrant, avec ce message, tu me ramènes à D'Arbraleph et à une idée qui s'agitait dans ma tête ce week-end.

Je crois que la notion classique d'oeuvre implique une certaine "unité". Avec la littérature électronique (du moins une partie), cette dimension éclate. Le lecteur doit faire son deuil de l'unité, la globalité, la maîtrise de l'oeuvre en tant qu'ensemble. Ce qui est rappelé dès le départ fait office de pacte de lecture :

"Il suffisait que je puisse trouver dans la vie
Quelque lien dédalien, une sorte
De structure concordante à l'intérieur du jeu"
V.Nabokov

Pourtant l'oeuvre est bien là, mais on n'y a pas accès. Du coup, on se retrouve quasiment face à ce que les anglois appellent une "performance", laquelle est laissée au lecteur. Il effectue, à travers son parcours, une "performance" de l'oeuvre.

Mouais... Confused faudra que je continue à réfléchir sur cette histoire.

Citation:
Ensuite merci aussi d'avoir évoqué Darbraleph ici : tu es le premier à l'avoir fait.

Je suis pas sûr. ArmandStroh, qui en parlait bien avant moi, fait partie de l'équipe ?

Citation:
Il me semble avoir déjà croisé Tèf, mais où ? Tnn & Cie ? Possible...
Passons.

C'est normal, on me croise toujours sans me reconnaître. C'est d'ailleurs à cette qualité qu'on me reconnaît. Wink
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
g@rp
compte sur ses doigts


Inscrit le: 17 Déc 2006
Messages: 5
Localisation: Mars, hey !

MessagePosté le: Ven Jan 05, 2007 10:13 pm Répondre en citant
g@rp a écrit:
Vu que j'ai bon fond, vous pouvez lire cette nouvelle sur InLibro Veritas depuis quelques minutes.
Merci qui ? Laughing


Avant tout, bonne année 2007 à tous !
Ensuite, dans le message cité, j'ai omis de préciser que cette nouvelle mettait en scène les "membres" de Darbraleph, et que sa suite avait été écrite par le fondateur de Darbraleph.
Oubli réparé.
Et je sais où je t'ai croisé, Tef : Alexandrie Online. On dirait, d'ailleurs, que nous avons les mêmes lectures... Very Happy

Encore une excellente année 2007 à toutes & tous.
_________________
Nous sommes tous labyrinthe, tous parties du labyrinthe.
Tout est labyrinthe.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Sam Jan 06, 2007 10:10 pm Répondre en citant
Bonne année, je te souhaite à toi et à toute l'équipe de Darbraleph le meilleur.

Citation:
cette nouvelle mettait en scène les "membres" de Darbraleph, et que sa suite avait été écrite par le fondateur de Darbraleph.


Ah ah ah, découvrir le fondateur de Darbraleph... Voilà qui m'intrigue.
Et si je comprends bien, cette nouvelle répond à peu près à ma question sur "le collectif : à peu près indéfini". Renvoyer vers une nouvelle, c'est sympa au fond comme signature. Evil or Very Mad
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
W
futur grand maître de l'univers


Inscrit le: 14 Nov 2006
Messages: 4

MessagePosté le: Dim Jan 07, 2007 9:48 pm Répondre en citant
Quelques ennuis informatiques et une fin d'année chargée m'ont empêché de poursuivre la conversation.

En vrac :
D'Arbraleph est collectif. Et certainement collectif inconscient.
Mais d'Arbraleph n'est pas simplement une collection ou une accumulation.
D'Arbraleph n'est pas physique, c'est une profondeur singulière derrière un espace en deux dimension.
C'est l'ombre de l'écran.
D'Arbraleph est un rhizome qui évolue sur deux axes de temps relatifs : le temps que met le visiteur à visiter et le temps que met le joueur à jouer.
Le visiteur viste d'Arbraleph lorsqu'il met au moins un pied dans l'ombre de l'écran.
D'Arbraleph est un monument architectural dont le plan d'existence est différent de celui des éléments qui le composent et de celui qui le visite.
D'Arbraleph cache une question d'échelles.
Oeuvre, oeuvres, ouvrage, grand oeuvre, ouvroir : hors-d'oeuvre.

Que dire de plus, je suis réellement ému - et je ne dois pas être le seul -, que d'Arbraleph touche quelques fois de sa langue numérique le visage des passants.

Longue vie et meilleurs voeux, Tèf.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Auteur Message
g@rp
compte sur ses doigts


Inscrit le: 17 Déc 2006
Messages: 5
Localisation: Mars, hey !

MessagePosté le: Dim Jan 07, 2007 9:53 pm Répondre en citant
W a écrit:

Que dire de plus, je suis réellement ému - et je ne dois pas être le seul -, que d'Arbraleph touche quelques fois de sa langue numérique le visage des passants.

Longue vie et meilleurs voeux, Tèf.


Exact, W !
_________________
Nous sommes tous labyrinthe, tous parties du labyrinthe.
Tout est labyrinthe.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
W
futur grand maître de l'univers


Inscrit le: 14 Nov 2006
Messages: 4

MessagePosté le: Dim Jan 07, 2007 10:24 pm Répondre en citant
Pour en revenir à d'Arbraleph, il est vrai qu'il nécessite un lecteur volontaire, un courageux. Et peut-être plus courageux que les joueurs.

Pour ce qui est de la question de l'unité, de la cohésion, je pense qu'il est en fait impossible d'appréhender l'intégralité de d'Arbraleph et en même temps ses parties en tant que telles, malgré les tentatives de cartes ou de modélisations et de miniaturisations. Même faites par les joueurs eux-même. C'est peut-être de là que vient la difficulté.

D'Arbraleph comme oeuvre existe, il y a à mon avis cohésion.
Mais il n'y a pas de finalité, il n'y a pas de réalisation, car il y a constament un "morceau" qui se cache dans l'ombre, derrière un mur de l'édifice, ou derrière ce qui va advenir, apparition ou disparition.
D'arbraleph ne s'expose pas, par ailleurs. Ou alors il faudrait un espace aussi vaste que la vie elle-même, mais juste avec deux sens... mais de toute façon, d'Arbraleph semble constament en mouvement. La preuve en est que même d'infimes variations peuvent survenir : bugs, corrections de codes, attaques extérieures (spams sur forum), etc...

Bon, au delà de tout cela, la question de l'art sur internet, de l'oeuvre sur internet et son statut par rapport au lecteur et par rapport à son pendant dans la réalité est une question qui mérite réflexion.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Lun Jan 08, 2007 10:25 am Répondre en citant
W a écrit:
que d'Arbraleph touche quelques fois de sa langue numérique le visage des passants.


C'est que les lecteurs ne parlent pas souvent, c'est pour ça. On "se cache dans l'ombre" nous aussi.
Wink
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
  Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum » Littérature électronique
Informations
Page 1 sur 1    
Montrer les messages depuis:   


Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group :: Thème : Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com ::