FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion S'enregistrer       AccueilLE BLOG flux RSS
SCHMUL.NET

Forum périlittéraire
avec un parapluie à trous
sur la tête...
SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum
... et qui se prend
aussi pour un blog.
  Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum » Littérature électronique   
Young-Hae Chang Industries lourdes
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Jeu Sep 27, 2007 4:39 pm Répondre en citant



Young-Hae Chang Industries lourdes* est un collectif d'artistes basé à Séoul et qui sévit sur le net depuis 1999. Leur parti pris artistique est constant : du texte animé à saturer l'écran, synchronisé sur des morceaux de jazz. Une partie des oeuvres est traduite en français.

J'avoue avoir un fort penchant pour les bandes-sons, ce qui forcément influe sur mon esprit critique. J'ai donc un peu de mal à prendre du recul et ne pas truffer mes phrases de "trop bien" jouissifs. Ceci dit, le défilement du texte produit une lecture contrainte, ce qui est toujours un peu oppressant (d'autant plus que les séquences dure 3, 4 ou 5mn). Reste à voir ce qu'ils font de cette contrainte. Ce sera une parodie de matraquage publicitaire dans "Samsung veut dire jouir", la propagande politique dans "Cunnilingus en Corée du Nord", mais aussi, et plus profondément ancré dans la narration, l'urgence d'une fuite dans "PAO! PAO! PAO!". Tout cela fait penser aux écritures dites jazziques, où la syntaxe tente de reproduire des rythmes inspirés du jazz (swing, disharmonie etc.). Je n'ai plus de références sous la main mais me souvient que le sujet était passionnant (étudié jadis) ; ne me reste en souvenir que l'influence du jazz chez Jean Echenoz, et son "Cherokee" notamment.



Petit test d'encapsulage que je suppose interdit vu que je ne leur ai pas demandé la permission et qui fonctionne une fois sur deux. Si vous ne voyez que des gribouillis, allez voir "Samsung veut dire jouir" dans son contexte originel : http://www.yhchang.com/



Ps : Pour ceux que la musique énerverait : clic droit, décocher "lire".


-----------------------
* Apparemment, le nom du collectif se traduit. Les membres en sont Marc Voge et Young-Hae Chang.
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Le jazz des industries lourdes
Auteur Message
Nouvot
Invité





MessagePosté le: Jeu Oct 04, 2007 11:41 pm Répondre en citant
C'est vrai que c'est du beau travail. La musique est remarquablement choisie, à la fois honky-tonk de bordel et jazz très élaboré --je peux en parler : je n'y connais rien Cool . Et les textes de même : brut de brut ET intello. Le cunnilingus coréen vaut son pesant de baguettes. Il m'a fait penser à Ahmadinejad déclarant qu'il n'y a pas d'homosexuels en Iran.

Un bémol quand même : j'ai été gêné moins par le côté contraint dans le défilement du texte, que par son côté mécanique.
Certes la musique évoque les cartons perforés des pianos mécaniques. Il est normal que l'écriture et son affichage soient tellement carrés.
Mais c'est aussi du jazz, ce qui implique un certain déséquilibre, un "à côté du temps" qui fait trébucher le meilleur boogie pour mieux le relancer.
Chez nos Séouliens, le texte est d'un tempo impitoyablement juste. C'est plus une écriture numérique que "jazzistique". C'est zéro ou c'est un, y a pas de demi-ton, pas de "pain".
Par contraste, j'ai pensé au canadien Norman Mac Laren
qui écrivait directement sur la pellicule : sur un jazz pas très différent, ses films dansent constamment. C'est fragile, imprécis, jamais "ligne claire", mais c'est vivant, ça jive sans répit.
Tu vas me dire : oui mais lui, il dessinait. "Industries Lourdes", ils écrivent. C'est moins facile à faire bouger.
C'est vrai. Mais je crois aussi que c'est une question d'époque :
Mac Laren, c'était du travail à la main. Aujourd'hui, c'est commande numérique.

Mais je pinaille pour le plaisir de.
"Young-Hae Chang Industries lourdes", c'est vraiment le pied.

Au fait, ta dernière ligne laisse espérer le dévoilement d'infos confidentielles, mais laisse sur la faim, je cite :
"* Apparemment, le nom du collectif se traduit. Les membres en sont Marc".
C'est Marc de Kafé qu'a fait les textes ? Bon. Mais les autres ?


-----
Oui.
 
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Ven Oct 05, 2007 11:28 am Répondre en citant
Pour la référence aux écritures "jazziques", je pensais surtout à "Samsung..." Dans "Cunnilingus en Corée du Nord", c'est vrai que c'est beaucoup plus mécanique et le petit air de clarinette me semble surtout servir de décalage.

Nouvot a écrit:
C'est plus une écriture numérique que "jazzistique"

Et puis pour invoquer le jazz, il faudrait encore une "performance" comme disent les anglois, et puis de l'impro forcément. Au final, on finira par lâcher son papier et s'acheter une contrebasse. On aura plus de chance de toucher le jazz ainsi.

Mais bon, laissons Serge_D et son Prime Time trancher le débat : "écriture numérique" sur des rythmes électro ?


--------
ps : ma dernière ligne est parfaitement intelligible, tu as dû être victime de la perversité de ce forum qui adore fabriquer des couacs techniques.
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
  Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum » Littérature électronique
Informations
Page 1 sur 1    
Montrer les messages depuis:   


Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group :: Thème : Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com ::