FAQ Rechercher Liste des Membres Groupes d'utilisateurs Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion S'enregistrer       AccueilLE BLOG flux RSS
SCHMUL.NET

Forum périlittéraire
avec un parapluie à trous
sur la tête...
SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum
... et qui se prend
aussi pour un blog.
  Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum » Littérature électronique   
DOSSIER : littérature jeunesse
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Mer Jan 10, 2007 12:52 pm Répondre en citant
      Littérature jeunesse // Le dossier

Présentation

Pourquoi donc s'intéresser à ces enfantillages ?
La réponse se justifie par une expérimentation simple. Au préalable, jetez aux orties vos certitudes et habitudes en ce qui concerne l'objet nommé "littérature". Ceci fait, mettez sur une table un roman pioché dans votre bibliothèque et un album jeunesse. Prenez du recul et vous vous rendrez à l'évidence : la littérature jeunesse est très inventive, se joue des codes, des genres, des formes, n'a peur de rien, explore des voies multimédiatiques (texte/image)... Tiens arrêtons-nous là :

- oeuvre multimédiatique, caractéristique partagée par la littérature électronique (on y ajoutera le son et la vidéo). Coïncidence...

Continuons. La littérature jeunesse adore rendre son lecteur actif. Livre animé et interactif (avec des languettes, des jeux de cache ou autres). Allez, pour le plaisir, j'intègre même ce genre qu'on appelle "le roman dont vous êtes le héros".

- oeuvre animée et interactive. Autres caractéristiques reprises en littérature électronique. Coïncidence...

Ensuite, prenez un enfant, genre 3 ans. Le vôtre si possible, sinon empruntez celui du voisin sans oublier de demander à ce dernier son autorisation au préalable, sous peine éventuelle de voir débarquer chez vous des gendarmes, lesquels ont des "-armes", je le rappelle, c'est écrit dedans. Une fois pris en compte ces quelques précautions d'usage, observez l'enfant dans son milieu naturel (par exemple, au moment du coucher face un album). Vous verrez vite que malgré vos efforts pour commencer l'histoire au début, l'enfant se ruera vers la page des poussins, ou bien parcourera le dit album en ne s'intéressant qu'aux chats que l'on retrouve plus ou moins cachés dans le décor à chaque page. Ne vous étonnez pas non plus qu'il "plante" sur UNE page, page qu'il vous demandera de re-parcourir en boucle. Bref, l'enfant n'a que faire de la cohésion/organisation de l'oeuvre, il n'en fait qu'à sa tête. On dit qu'il crée son propre parcours de lecture au sein d'une oeuvre qu'on dira, elle, ouverte, c'est-à-dire non soumise à la tyrannie d'une linéarité sans faille. Et ça tombe bien, les albums sont faits pour ça.

- Il en va bien souvent de même en littérature électronique. Coïncidence encore.

Enfin, Quand Raymond Queneau s'amuse avec la littérature, il crée "Un conte à votre façon" dont on peut expérimentez une judicieuse version électronique ici. De quoi ça parle ? De trois petits poix ! Voilà un thème bien infantile. C'est un hasard ou une coïncidence, allez savoir ? Peu importe, je verse cette constatation au profit de cet argumentaire. Et Raymond Queneau étant un éminent gage de sérieux, soyons assuré qu'en se plaçant sous son aile on est sûr de légitimer ce dossier, alors on ne va pas se gêner.

Convaincu que ces coïncidences font sens, partons à la découverte de ce monde merveilleux qu'est la littérature jeunesse//version électronique, et vous pouvez même y participer, tant qu'à faire, à la suite de ce message. Ce dossier va s'étaler sur quelques semaines, avec un rythme quasi-aléatoire.

-------------------------------------------
NB : Pour calmer les frustations et comme le monde est bien fait, certaines des oeuvres qui seront présentées dans ce dossier se trouvent déjà là :
http://del.icio.us/schmul.net/jeunesse


Dernière édition par Tèf le Ven Mar 02, 2007 4:06 pm; édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Lun Jan 15, 2007 7:29 pm Répondre en citant
Du texte et de l'image

Commençons par un raisonnement tellement évident qu'on pourrait en oublier l'intérêt. Dans les albums jeunesse, il y a du texte et/ou des images. Or la publication d'images sur le Net est très simple, bien plus que dans l'édition papier. Cela peut être bête mais explique en grande partie le succès des blogs de bande dessinée, par exemple. Plus généralement, la littérature électronique utilise la plupart du temps des images. Il ne faut pas chercher loin pour en comprendre la raison : parce qu'on peut le faire et facilement, c'est tout.


Du coup, on voit apparaître comme naturellement des oeuvres issues/transposées de l'édition traditionnelle et dont l'adaption informatique n'est pas révolutionnaire.

_ "Le brin de laine", adapté d'une histoire parue dans Pomme d'Api
_ "Le marchand de sable", inspiré d'une histoire parue dans Pomme d'Api
_ "Yoyo l'ascenseur", d'Olivier Douzou, adaption d'un album publié aux Editions du Rouergue.

Et j'y mettrai bien quelques classiques, parce qu'on a tous en tête, une version illustrée de ces textes :
_ "La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf" (La Fontaine)
_ "Le petit chaperon rouge" (Perreault)

Par comparaison, allez faire un tour du côté de cette version du "Journal d'un fou" de Gogol. Une adaptation hypertextuelle de Tom Drahos, un brin plus déstabilisante.


Conclusion éphémère :
Dans son rapport à l'image, la littérature jeunesse s'inscrit comme naturellement dans le champ de la littérature sur le Net.

NB :Demain, c'est promis, une autre conclusion pour finir de vous convaincre, parce que je vous sens encore sceptique.
_________________
Quoi ?!


Dernière édition par Tèf le Ven Mar 02, 2007 4:06 pm; édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Mar Jan 16, 2007 12:20 pm Répondre en citant
Le rapport texte/image

Un espace imméditement graphique. Les albums proposent souvent aux enfants la découverte d'une page via le texte, et inversement. Ces directives peuvent être implicites ou explicites.

Dans la section "printemps" de "Les quatre saisons", l'image et le texte s'interpénètrent.



L'objet de la lecture se porte vers la reconnaissance, par métonymie, du "printemps". D'emblée, on remarque que le texte renvoie au dessin ; "les "mille et une fleurs", le "ciel bleu, et de petits nuages vagabonds" sont donnés à repérer dans l'image, ce que l'on pourrait assimiler à un schéma de lecture explicite : les texte porte une directive qui amène à lire l'image. Cliquer sur une des fleurs provoquera une animation, et ainsi le lecteur découvre un autre mode de lecture, implicite et laissé à son initiative, pour déclencher les autres animations cachées dans la page, lesquelles illustrent toutes le même thème : le printemps.

On peut aussi faire défiler le texte, et retrouver petit à petit, les consignes qui guideront le lecteur. C'est cette modularité de la lecture qui m'intéresse, cette liberté donnée et qui sert cet ultime projet : rendre le lecteur actif.

D'autre part, on peut faire un parallèle entre ces animations cachées et leur modèle traditionnel que sont les livres animés (tirette, volet, disque mobile etc.). Là encore, on s'aperçoit que les outils qu'utilisent la littérature électronique s'inscrivent dans une tradition préexistante, et des usages déjà installés dans le lectorat. Voilà encore une raison pour laquelle la littérature jeunesse se mêle si bien à l'univers informatique.


A suivre...
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Mer Jan 17, 2007 11:12 am Répondre en citant
Petit intermède, juste le temps de s'emballer pour Luchien, d'Olivier Douzou. La version électronique est une adaptation d'un album paru au Rouergue. Je connais le livre depuis longtemps et c'est donc un grand plaisir de retrouver cette version animée, laquelle diffère sur un point non négligeable : l'album on peut le lire à l'envers, j'entends par là manipuler le livre et le retourner car il y un jeu graphique très amusant. Une fois sur un écran, on a juste la tentation de tourner la tête mais je ne suis pas allé jusqu'à renverser mon écran.

D'ailleurs Les Editions du Rouergue mérite un grand coup de chapeau pour toutes les petites animations qu'ils présentent sur leur site (dans la section jeunesse).


moi-même a écrit:
Or la publication d'images sur le Net est très simple, bien plus que dans l'édition papier. Cela peut être bête mais explique en grande partie le succès des blogs de bande dessinée, par exemple.

Hasard au coin du bois, le feuilleton de POL qui tourne en ce moment dans leur liste de diffusion, ce sont des dessins de François Matton.

_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
Auteur Message
Tèf
pianoteur à deux doigts


Inscrit le: 20 Déc 2004
Messages: 676

MessagePosté le: Mer Jan 24, 2007 12:35 pm Répondre en citant
Oeuvre déstructurée

Comme je trouve l'argumentaire déployé dans l'introduction très convaincant (comment ça, "non, il ne l'est pas" ?), je le retranscris et m'en vais seulement l'illustrer.

l'introduction a écrit:
Ensuite, prenez un enfant, genre 3 ans. Le vôtre si possible, sinon empruntez celui du voisin sans oublier de demander à ce dernier son autorisation au préalable, sous peine éventuelle de voir débarquer chez vous des gendarmes, lesquels ont des "-armes", je le rappelle, c'est écrit dedans. Une fois pris en compte ces quelques précautions d'usage, observez l'enfant dans son milieu naturel (par exemple, au moment du coucher face un album). Vous verrez vite que malgré vos efforts pour commencer l'histoire au début, l'enfant se ruera vers la page des poussins, ou bien parcourera le dit album en ne s'intéressant qu'aux chats que l'on retrouve plus ou moins cachés dans le décor à chaque page. Ne vous étonnez pas non plus qu'il "plante" sur une seule page, page qu'il vous demandera de re-parcourir en boucle. Bref, l'enfant n'a que faire de la cohésion/organisation de l'oeuvre, il n'en fait qu'à sa tête. On dit qu'il crée son propre parcours de lecture au sein d'une oeuvre qu'on dira, elle, ouverte, c'est-à-dire non soumis à la tyrannie d'une linéarité sans faille.


Dans "Pierre et ses souliers magiques", il y a les pingouins.

D'ailleurs, l'oeuvre est animée par un générateur aléatoire qui fait varier l'histoire à chaque lecture. L'univers diégétique reste le même, et a-t-on pour autant l'impression de lire plusieurs histoires ? Je me le demande, tant "Pierre..." est centré sur un univers à parcourir par le biais d'une histoire et non l'inverse.

Je ne dis pas que c'est là une caractéristique intrinsèque des oeuvres électroniques, ça n'est pas le cas, la plupart étant linéaires. Je veux juste pointer que cette dimension n'est pas ressentie comme déstabilisante alors qu'elle peut l'être en littérature générale, laquelle est majoritairement structurée sur une chronologie et son pendant dans le récit : la linéarité.

Du coup, il me vient une question si ardue qu'il nous faudrait des outils bien aiguisés pour pouvoir la trancher, la question :

« Aimer la linéarité, est-ce affaire d’habitude, ou bien est-ce naturel ? »

Mais là je sens que je diverge et m’éloigne d’autant de notre sujet.
_________________
Quoi ?!
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur  
  Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets. Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses. SCHMUL.NET : La Boîte à paroles Index du Forum » Littérature électronique
Informations
Page 1 sur 1    
Montrer les messages depuis:   


Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group :: Thème : Creamy White :: Traduction par : phpBB-fr.com ::